reflexion sur l'éducation post-effondrement

Répondre
Avatar du membre
Beaver42
Messages : 13
Enregistré le : lun. 13 août 2018 06:39

reflexion sur l'éducation post-effondrement

Message par Beaver42 » mar. 14 août 2018 08:21

Je n'ai pas encore d'enfants mais il y a de fortes chances pour que je devienne un jour parent, malgré les perspectives futures pas toujours très engageantes.

Une question que je me pose c'est qu'en sera t'il de l'éducation de nos enfants une fois l'effondrement survenu. Je sais que c'est particulièrement hasardeux de s’imaginer le monde de demain vu le nombre de paramètres flous qui entrent en jeu, mais y avez vous déjà réfléchi?

J'en discutais avec ma conjointe qui me disait "il y aura toujours des professeurs", mais si l'état ne rempli plus son rôle, qu'ils ne sont plus payés, continuerons ils à enseigner? Pourquoi le feraient-ils?

Des fois j'hésite à préparer le terrain en me procurant des livres éducatifs dans un peu tous les domaines, en me disant que s'ils n'y a plus de système éducatif structuré, on aura au moins quelques bouquins sur lesquels se baser pour l'apprentissage de nos enfants...
Christophe V
Administrateur du site
Messages : 34
Enregistré le : dim. 12 août 2018 18:50
Localisation : Savoie

Re: reflexion sur l'éducation post-effondrement

Message par Christophe V » mar. 14 août 2018 21:07

Vaste sujet que l'éducation.
Concernant l'éducation basique (enfant en bas-age), en général n'importe quel parent peut apporter un savoir (lire, écrire, compter) et les bases tel que le respect, la politesse, etc...
Par contre, concernant l'éducation dite supérieur, je ne pourrais pas être objectif.
Pour la simple raison que je trouve l'éducation actuelle (système de l'éducation national) mal faites.
Je pense que c'est une éducation très élitiste, on met constamment les jeunes en compétition et ce dès leur plus jeune age.
On ne pousse pas l'enfant vers son domaine de prédilection, on fait un pot pourri et si il suit c'est bien, sinon tant pis pour lui, il sera en échec scolaire.
Un enfant qui a des prédispositions pour être artiste, n'a que faire des maths ou de l'histoire géo.
Un enfant qui a des prédispositions pour être scientifique, n'a que faire de l'histoire de l'art ou de l'éducation musicale.
En cas d'effondrement, cela permettrais peut être de repenser cette méthode d'éducation "structuré" et de mettre en place une éducation plus proche des besoins et des prédispositions de l'enfant.
Bien entendu, cette réflexion n'engage que moi :)
Poesy
Messages : 4
Enregistré le : jeu. 17 janv. 2019 17:53

Re: reflexion sur l'éducation post-effondrement

Message par Poesy » jeu. 17 janv. 2019 18:20

Je pense que les profs ont souvent envie de faire profiter les autres de leurs connaissances. C'est vrai que dans le système actuel, l'envie est de fuir l'éducation nationale : profs mal payé.e.s, mal considéré.e.s? maltraité.e.s, etc.
Dans le cadre de l'effondrement, tout cela n'est plus d'actualité. :) Au contraire, illes pourront échanger leurs savoirs contre de la nourriture, des services, ou... :D
Avatar du membre
Muriel Calmel
Messages : 75
Enregistré le : ven. 1 nov. 2019 21:23
Localisation : Centre de la France

Re: reflexion sur l'éducation post-effondrement

Message par Muriel Calmel » lun. 25 nov. 2019 12:52

Pour ma part je pratique l'instruction en famille (IEF) avec le fiston de 11 ans, et depuis toujours.
Les enfants apprennent naturellement ce qu'il y a besoin de savoir pour vivre dans leur univers, ce qui n'a pas grand-chose à voir avec les programmes de l'éducation nationale a priori mais ça se recoupe quand même (on a besoin de savoir lire, écrire, compter, etc).
Après, quand ils veulent creuser un sujet, toujours à l'heure actuelle, entre les ressources du net (on a appris beaucoup de choses avec les C'est pas sorcier par ex), les livres, les gens qui s'y connaissent, ils peuvent.
Ils peuvent aussi aller à l'école (lycée, université...) le jour où ils en ont besoin.
Ça c'est dans le monde d'aujourd'hui.

Je pense que si on vit un effondrement sévère, beaucoup de monde va redécouvrir les joies de "l'unschooling", et les enfants apprendront tout aussi naturellement ce qui sera utile dans ce nouveau monde, l'autonomie alimentaire y prenant sans doute une part considérable (alors qu'à l'heure actuelle c'est 0% du programme scolaire).
Je rejoins l'idée de se constituer une bibliothèque éducative, pas que pour les enfants mais aussi pour les adultes car on aura beaucoup de choses à réapprendre nous-mêmes... Et on retombera peut-être plus dans les systèmes maître-apprenti pour certains savoirs.

Enfin bref, disons que par ma situation, ce côté-là des conséquences de l'effondrement est celui qui me fait le moins peur.
Répondre